FORME : Solo | et + Contes musicaux

PUBLIC : Jeune public | Familial | Adulte

UNIVERS : Japon | Merveilleux | Épopée |  Sagesse

Autres activités : Auteur Directeur de Collection | Metteur en scène | Directeur Artistique du Festival de Conte du Légendaire | Formateur Conférencier | Intervenant régulier sur France Culture et France Inter (Les Racines du Ciel, On ne parle pas la bouche pleine, La Grande Table, Carnets de Campagne, La Librairie Francophone, La Nuit est à Vous...) 

Parcours : Membre fondateur du CLIO en 1981 | Pratiquant en Arts Martiaux traditionnels japonais (Budô) avec Jacques NORMAND | Ex-Collaborateur Cie du Cercle - Abbi Patrix  en 1985 Co-fondateur de la Cie Hamsa en 1987 | Collaborateur du célèbre acteur et metteur en scène Yoshi Oïda

Pascal Fauliot

Conte de sagesse, merveilleux, Japon et épopée

 

Pionnier du renouveau du conte en France et pratiquant les Arts Martiaux traditionnels japonais (Budô) il découvre les contes zen et les légendes de samouraïs et prend goût à l’art du récit ! Il recueille ces histoires, les raconte et les publie sous le titre « Les contes des Arts Martiaux » (Albin Michel) en 1980. Ce recueil, traduit en plusieurs langues, deviendra un best-seller international.

 

En solo et en collaboration au sein de créations expérimentales, Pascal Fauliot, entre gestuelle martiale et paroles aiguisées, nous entraîne dans son univers hors norme fait de précision et de maîtrise fort d'une dédication de plus de 40 années aux arts du récit.

Parallèlement, il publie 18 recueils de contes et légendes chez Syros, Casterman et au Seuil, dans la magnifique collection des « contes des sages » créée par Henri GOUGAUD, notamment ceux des Sages zen, du Japon et des samouraïs et est le directeur d'une nouvelle collection d'albums jeunesse aux éditions Cipango.

 

Ils l’ont accueilli : Paris Quartiers d'Eté, Festival d'Ile de France, Festival Vand'influences , Les Tombées de la Nuit , Mythos, Epos de Vendôme, Les Arts du Récit de Grenoble, Maison du Conte de Chevilly-Larue, Rumeurs Urbaines, Scènes Nationales (Dunkerque, Saint-Brieuc, Vandoeuvre, Douai, La Roche s/Yon, Marne la Vallée,...), le Théâtre National de La Criée de Marseille, des médiathèques et des Musées Nationaux (BNF, Guimet, Quai Branly, Le Louvre, Musée Guimet...) Des lyres d’Été de Blois, le Théâtre de Dreux, les médiathèques de Fresnes, Saint-Etienne du Rouvray, Lucé, Beauvais, Pontault-Combault, Saint-Brieuc, Neuilly, Bobigny, maisons-Alfort, Charenton etc.

Retours de scène

« Un excellent conteur, doué de puissance oratoire, et un bon connaisseur de l’Extrême-Orient. » LIRE

 

« Des histoires d’éveil fort bien racontées par l’un de nos meilleurs conteurs ». NOUVELLES CLÉS.

« Pascal Fauliot, un merveilleux diseur, avec une expression corporelle impressionnante. » LA VOIX DU NORD

« Ces fabuleuses histoires, nées de faits réels, illustrent la philosophie et la sagesse de l’Extrême-Orient en mettant à l’honneur l’humilité et la supériorité de l’esprit sur la force physique. Les combattants fougueux et animés par leur seule soif de vengeance ne sont ainsi jamais de taille à lutter contre les vieux maîtres pour qui l’âme humaine n’a aucun secret… Le conteur, spécialiste des récits asiatiques et pratiquant d’arts martiaux, sait nous guider dans ce monde méconnu, magistralement soutenu par la voix et le koto de la musicienne. Enrichis d’une savante gestuelle et de précieux commentaires, ces contes ont conquis le coeur d’un public totalement enchanté. » L’EST REPUBLICAIN

« Un nouveau venu a fait son apparition dans cette seconde version: Masato Matsuura, un spécialiste des arts martiaux et de l’art du nô. Sur le fond, le récit porté par Pascal Fauliot est resté le même, accompagné d’un très subtil jeu avec deux éventails, un rouge et un blanc, symbolisant les deux clans rivaux qui s’affrontent dans cette épopée musicale japonaise, les Minamoto et les Taira (au XIIe siècle pour le contrôle du Japon). L’ajout d’un artiste plus porté sur la gestuelle et sur le langage du corps me semble très intéressant. Les passages dans lesquels il apparaît, le visage recouvert d’un splendide et délicat masque féminin, vêtu de somptueux kimonos, sont de toute beauté et particulièrement fascinants. Le travail des deux musiciens, notamment celui de la chanteuse Emiko Ota, à la voix grave et envoûtante, est aussi très impressionnant. L’un des atouts de cette nouvelle version de Yoshitsune est, selon moi, de plonger encore un peu plus le public dans une ambiance dépaysante, et de lui faire découvrir une culture qu’il ne connaît pas forcément, à travers la combinaison de plusieurs éléments tels que les costumes, la musique, l’expression corporelle, etc. » - Cristina Marino – Journaliste du Journal LE MONDE

« Pascal Fauliot, qui s’est toujours intéressé aux récits des arts martiaux et aux contes populaires japonais, propose ici des versions savoureuses, autant par les situations cocasses d’enfants aux prises avec des ogres ou des ogresses, que par les bruitages qui émaillent chaque histoire. Ces onomatopées, abondamment utilisées par les conteurs nippons et habilement transposées, servent à la fois de ponctuation, d’illustrations sonores et de refrain. Elles accompagnent en les rythmant et en les exacerbant les pas, les gestes et les cris des personnages… le pouvoir musical de la parole reprend là tous ses droits ». Livres aux trésors


« Dans ces contes, racontés avec talent, nous nous régalons de ces poursuites, de ces hurlements, de ces pets sonores, de ces moins que rien qui réussissent à s’en sortir. D’autant plus que le texte est émaillé d’onomatopées… On est en plein délire sonore. »

Evelyne Cevin – La Joie par les Livres


« Des histoires vivantes et drôles, rythmées par l’usage abondant des onomatopées qui reviennent régulièrement ponctuer musicalement le récit à la manière d’un refrain » La Grande Oreille


« Ce spectacle a séduit le jeune public venu nombreux. » La République du Centre


« Le conteur Pascal Fauliot, spécialiste du Japon, et sa complice Emiko Ota, percussionniste, ont enchanté pendant une heure la salle avec deux contes orientaux.

Pour le premier, ce fut l’histoire d’un petit enfant aussi gros qu’un pouce qui part à la recherche d’un temple. Bien sûr arrive une princesse et après des combats glorieux contre des ogres, il devient son héros et l’épouse. Un grand classique des contes. Ce qui l’est moins, c’est l’utilisation des gongs, des chants chants et des onomatopées par la percussionniste, ponctuant chaque action et accélération de l’histoire.
Le deuxième conte l’histoire d’un moinillon qui rencontre une yamanba, une ogresse de la forêt. Cette créature adore manger les petits enfants. Finalement, elle deviendra une femme bouddha. Ces aventures trépidantes et magiques ont beaucoup plu aux enfants, très impressionnés et ravis du jeu du conteur et du son des percussions. Sûr qu’ils se souviendront longtemps du pet sonore et odorant qui a fait fuir l’ogresse ! » La Nouvelle république


« Le spectacle a enchanté le public à la bibliothèque. Une immersion rythmée dans la culture japonaise et ses contes traditionnels, un spectacle drôle, dépaysant, expressif et rempli de sagesse à la fois ! Et des jolis kimonos ! » Le Blog des Bibliothèques de Saint Brieuc

© 2020 Agence-Spoke

LOGO-RNCAP-fond-transparent-250X120.png
  • Facebook Social Icon